Lui aussi a une histoire ...

 

L'alambic familial a été acheté en 1925 par mon arrière grand-père Henri Beauthéac et son ami Maurice Lévèque.

Depuis 1926 et sa première mise en service, le rituel de la distillation se perpétue, chaque automne, depuis 4 générations et bientôt 90 ans. La cour de la ferme familiale se transforme alors en "atelier public de distillation". Les clients amènent les fruits fermentés qu'ils souhaitent faire distiller et repartent en fin de journée avec leur alcool.

A ses débuts, l'alambic servait essentiellement pour la distillation du marc (ou des lies de vin) des vignerons autour du village. Puis avec le temps, son champ d'action s'est étendu au canton (distillation sur les places publiques des villages voisins puis dans les caves coopératives...) et pousse même aujourd'hui allègrement au delà des frontières départementales voire régionales (Marseille, Clermont Ferrand). 

De même, au gré des envies de nos clients, le type de fruits distillés s'est diversifié: la cerise, la prune, la poire... A vrai dire, il semble qu'il n'y ait de limite que l'imagination de nos clients puisque l'éventail des fruits déjà distillés à ce jour est large (abricot, pêche, melon, framboise, kaki, coing, pomme, etc...). Néanmoins, au fil du temps, la poire Williams s'est imposée comme un incontournable.

Initialement, la grande majorité des bouilleurs de cru (nos clients, ceux qui amènent les fruits distillés et repartent avec leur alcool) possédaient un "privilège", celui de pouvoir distiller 20l d'alcool à 50° en franchise de droits (sans payer de taxes). En 1959, la transmissibilité de ce privilège a été supprimée. Aussi, de nos jours, il reste peu de personnes qui possèdent encore ce droit.

Néanmoins, une loi de 2008 offre de nouvelles perspectives puisqu'elle ouvre la possibilité de distiller à tous les récoltants (ainsi, si vous avez un arbre dans votre jardin et que vous voulez faire de l'alcool avec ses fruits, vous pouvez...). Le montant des droits (taxes à payer) sur les 20 premiers litres d'alcool à 50°, non commercialisables, a été réduit de moitié (pour se faire une idée, en 2013, environ 4€20 le litre).

Cette loi a ouvert la porte des ateliers de distillation à une nouvelle clientèle de gens qui apprécient de pouvoir faire et déguster "leur propre gnôle".

Donc sachez-le:

Vous aussi vous pouvez distiller...

 

Là c'est votre gnôle qui aura une histoire... Distillée dans un alambic presque centenaire, selon un savoir faire ancestral, avec vos propres fruits... 

Si vous êtes intéressés, n'hésitez pas à nous contacter au moment de la récolte des fruits. Nous nous ferons un plaisir de vous conseiller pour préparer la bouillie et vous indiquer les démarches administratives nécessaires.

La distillation a lieu généralement à l'automne (autour du 1er novembre). Vous avez la possibilité de distiller tous types de fruits (pommes, prunes, cerises, poires, raisins, framboises, abricots...).

 

Pour en savoir plus:

Lien wikipédia "bouilleurs de cru"

Lien Code Général des Impôts pour les textes de lois